L’obésité au travail est-elle reconnue comme handicap ?

Obésité au travail

Surpoids et obésité : définition

Le surpoids et l’obésité sont définis comme ”une accumulation anormale ou excessive de graisse qui présente un risque pour la santé”. Selon l’O.M.S : “L’obésité est définie comme un excès de masse grasse qui entraîne des conséquences néfastes pour la santé”. Il s’agit de la première épidémie mondiale. En 2014, plus de 1,9 Milliards d’adultes étaient en surpoids et 600 millions obèses.

L’obésité au travail

L’obésité a un coût économique, provenant notamment de l’accroissement des dépenses médicales induites et d’une plus faible productivité au travail. Selon un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) :

” Les études ont montré que le risque d’absentéisme est deux fois plus élevé chez les travailleurs obèses que chez les travailleurs qui ne le sont pas. L’obésité représente 2 à 7 pour cent des dépenses totales de santé dans les pays industrialisés”.

La Cour Européenne de justice a jugé en décembre 2014 que l’obésité sévère pouvait être considérée comme un handicap. Voilà une progression satisfaisante pour les associations de personnes en surpoids, qui se battent depuis longtemps pour cette reconnaissance.

Le verdict de La Cour de justice de l’Union Européenne est tombé. Elle admet qu’un salarié atteint d’obésité peut être un handicap si cela rend sa vie professionnelle difficile. Cette dernière avait été saisie par la justice danoise, suite au licenciement d’un employé municipal obèse. Il estimait que ses 160 kg lui avaient couté son poste et être victime d’une discrimination fondée sur l’obésité. Pour demander réparation, il saisit la justice afin d’obtenir des dommages et intérêts de la municipalité. Sa demande a été jugée recevable par la Cour Européenne. En effet, elle a déterminé qu’une discrimination fondée sur le poids et l’obésité peut dorénavant être reconnue comme un handicap au travail.

A compétences égales, une personne obèse en recherche d’emploi n’a pas toutes ses chances

En 2010, un rapport de la Commission Européenne indiquait qu’un Européen sur deux était en surpoids et que plus de 15.5% de la population européenne était obèse. Cette reconnaissance du handicap au travail devrait protéger les salariés obèses européens. Bien qu’en France, les personnes obèses sont déjà protégées par la loi, elles ont moins de chance de trouver un travail. L’Observatoire des Discriminations a réalisé ce test : à compétences égales, deux CV ont été envoyé à des recruteurs pour un poste de téléopérateur, avec comme seule différence la photo. Sur l’un figure une personne de corpulence “normale” et sur l’autre une personne obèse, qui est en fait la même personne mais que l’on a grossit. Le résultat a été sans appel, la personne obèse a 25 % de chances en moins pour obtenir ce poste.

Dans l’inconscient collectif, une personne en surpoids est “fainéante”. La présidente de l’association Allegro-Fortissimo rapporte cette histoire : “une personne en surpoids exerce le métier de gardien de paix. Sa hiérarchie lui demande de perdre du poids, mais malheureusement ce sont 50 kg supplémentaires qui viennent noircir la situation. Finalement, elle a été licenciée et comme beaucoup de personnes en pareille situation, elle n’a pas porté plainte. Il est à espérer que la décision de la Cour Européenne va inciter les personnes en surpoids à poursuivre leurs employeurs”. Les associations de personnes en surpoids saluent une double reconnaissance symbolique : celle d’une discrimination liée à l’obésité et celle d’un handicap.

 

La crainte des employeurs

Avec la reconnaissance de cet handicap, les employeurs peuvent craindre de devoir adapter les postes de travail, de fournir du mobilier adéquat, d’élargir les passages de porte, bref de mettre leurs établissements en conformité pour que ces personnes puissent travailler dans le bien-être comme tout autre salarié.

zen-jardins-prives-parcs-hasselt-belgique-